Bienvenue

Bienvenue

Welcome

Appelez-nous: UK: 0044 (0) 203 445 0916
FRANCE: 0033 (0) 1 53 57 49 10

Cannabiz: les avantages et les inconvénients de démarrer un business lié au cannabis aux États-Unis

Cannabiz les avantages et les inconvénients de démarrer un business lié au cannabis aux États UnisCannabis. Marijuana. Weed. Herbe. Appelez ça comme vous voulez, en Amérique, c'est maintenant un business énorme. L’afflux soudain d’argent lié aux taxes sur ces produits a apaisé certaines inquiétudes quant aux effets pervers de la drogue et a accéléré sa légalisation. Pourtant, malgré l’explosion de l’intérêt commercial, le cannabis est toujours illégal au niveau fédéral et fait l'objet d'une politique répressive de la part du procureur général Jeff Sessions.

L’antagonisme des lois fédérales et étatiques ne durera probablement pas longtemps, et même les États à tendance républicaine se dirigent vers la légalisation. Pourtant, l’opacité liée au business du cannabis légal repousse encore certains investisseurs, qui craignent que cela ne soit encore criminalisé par l'administration actuelle. Alors, quel est le meilleur état pour le commerce de cannabis aux États-Unis, et est-ce vraiment un marché sûr pour les investisseurs ?

Le long chemin de la légalisation

Le cannabis est une substance contrôlée au titre du Schedule I (annexe 1) depuis l'établissement de la liste des produits et substances prohibées en 1970. Les substances du Schedule I sont les seuls médicaments qui ne peuvent pas être prescrits par des médecins aux États-Unis et sont réputés n'avoir aucune valeur médicale. Cette classification a été contestée presque depuis sa publication, avec une commission nationale recommandant son reclassement en 1972 (sans effet).

Article : Pourquoi les français se ruent-ils en Floride?

Les États se réservent seuls la possibilité de faire respecter leurs «droits de l'État» par des lois adoptées par leur propre législature. Le gouvernement fédéral a de nombreux pouvoirs qui surpassent techniquement ceux des États, mais néglige généralement de les imposer trop fortement. Le gouvernement fédéral a cependant traditionnellement consacré beaucoup de ressources à la lutte antidrogue.

La légalisation du cannabis a progressivement vu le jour, la première légalisation à usage médical arrivant en Californie en 1996. En 2018, la majorité des États américains ont légalisé la marijuana médicale, la première légalisation à des fins récréatives ayant eu lieu en 2012. Neuf États ont maintenant légalisé l'usage récréatif et tous les états sauf un permettant la vente commerciale du médicament.

Le gouvernement fédéral était auparavant passif face à ce développement, et, sous l'administration Obama, celui-ci a publié le Cole Memorandum, fournissant des conditions dans lesquelles les États seraient effectivement à l'abri des poursuites judiciaires concernant le cannabis. Cependant, en janvier 2018, le procureur général nommé par Trump, Jeff Sessions, a annulé cette note, réaffirmant son opposition personnelle au cannabis et le rôle du gouvernement dans l'application de la loi fédérale.

Le pour

  • Avis d'experts

Le dossier scientifique définitif sur le cannabis n’existe pas, en partie parce que, jusqu'à récemment, la loi fédérale rendait extrêmement difficile l'acquisition de cannabis à des fins de recherche. Les études qui ont été menées révèlent toutefois des motifs médicaux légitimes pour l'usage du cannabis et sa relative sécurité par rapport à d'autres substances légales.

Article : Le Rêve Américain - créer une entreprise aux États-Unis

Des études soutiennent l'utilisation du cannabis comme une forme de soulagement des douleurs chroniques, dans certains cas de cancer, dans le traitement de la maladie de Crohn, autres conditions intestinales, dans le traitement de la sclérose en plaques; et comme un moyen de ralentir les progrès de la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies neurodégénératives. Beaucoup de ces résultats sont résumés dans ce document, hébergé par le British Medical Journal. L’accessibilité au cannabis médical semble également être en corrélation avec une diminution de la dépendance aux opioïdes.

Trente-et-un pays ont maintenant légalisé ou décriminalisé l'usage du cannabis sous une forme ou une autre, ou dans certains territoires. Un projet de loi est actuellement débattu au Parlement britannique pour légaliser la marijuana médicale, où la drogue est actuellement un stupéfiant de classe B. Le Canada est devenu fin juin 2018 le premier pays du G7 à légaliser le cannabis à des fins récréatives. Le Mexique et le Pérou ont tous deux légalisé l’herbe à des fins médicales en 2017.

  • La manne financière

La légalisation rapporte de l'argent, et cet argent est le moteur du changement. L'industrie américaine de la marijuana est estimée à 9 milliards de dollars en 2017, et ce chiffre devrait faire boule de neige alors que les États continuent de modifier leurs lois. L'État du Nevada a enregistré 25 millions de dollars en recette d’impôts dns les six derniers mois de 2017, tandis que le Colorado, l’état de Washington et l'Oregon - les trois premiers états ayant légalisé - ont fait des recettes fiscales estimées à 1,3 milliards de dollars à ce jour.

Article : Comment démarrer une société de jeu vidéo indépendante

Les études compilées du New Frontier Data suggèrent que la légalisation à l'échelle nationale pourrait générer des recettes fiscales supplémentaires de 132 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, et jusqu'à un million de nouveaux emplois. Ce montant était toutefois basé sur le taux d'imposition actuel des sociétés de 35%, et non sur le taux proposé de Trump de 21%. Quoi qu'il en soit, aucun impôt ne peut être prélevé sur une entreprise exploitée entièrement de manière illicite et qui ne produit actuellement aucun revenu fiscal pour les États.

Le succès récent des entreprises légales de cannabis a également créé une vague de financement pour le lobbying du cannabis. Un sondage USA Today a révélé que des centaines de milliers de dollars provenant de sociétés liées au business de l’herbe étaient donnés à des législateurs et des comités d'action politique, avec un accent particulier mis sur les républicains du Congrès. Certains ont suggéré que le récent changement d’avis de John Boehner (élu à la Chambre des représentants du Congrès des États-Unis de 1991 à 2015) a été motivé par ces investissements, car il a rejoint le conseil d'administration de la firme de lobbying Acreage Holdings (Boehner prétend qu'il veut améliorer l'accès au soin pour les anciens combattants blessés).

  • Vers un changement politique

Jeff Sessions peut représenter la ligne officielle sur la question, mais le parti républicain a démontré qu'il était prêt à soutenir la légalisation. A l’avant-garde de ce changement de politique, nous retrouvons le républicain John Boehner; ancien président de la Chambre des représentants. Boehner n'est que l'un des nombreux politiciens de haut rang qui ont fait volte-face sur le cannabis, et le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, travaille actuellement sur un projet légalisation du chanvre en tant que produit agricole.

Article : Trump : nouvelle donne pour le commerce international?

Le soutien à la légalisation du cannabis a plus que doublé depuis le début du millénaire, les craintes du public quant à ses effets sur la santé diminuant. C’est maintenant devenu une problématique importante que les politiciens démocrates sont heureux d'exploiter dans leurs programmes, avec de nombreuses campagnes centrées sur l'utilisation récréative du cannabis. Le gouverneur du New Jersey, Phil Murphy, a remporté l'année dernière l’élection avec une avance de 14 points avec une campagne autour du sujet de la légalisation, et il y a des signes que les candidats démocrates du Texas et de New York pourraient renverser Ted Cruz et Bill De Blasio avec la même stratégie.

Comme sur de nombreux sujets, la position du président Trump sur le cannabis légal est changeante. Il avait bien soutenu le cannabis médicale pendant la campagne électorale, mais plus récemment, il a soutenu la nomination de Jeff Sessions, et aurait indiqué à Israël d'oublier ses velléités d’exportation de marijuana médicale aux États-Unis. Cependant, le président n'a pas commenté les événements de cette année, où la pression pour la légalisation a encore pris de l'ampleur. Plus récemment, il a conclu un accord avec le sénateur Cory Gardner pour mettre fin à la répression fédérale contre les entreprises de cannabis dans les États qui l’ont légalisé.

Le contre

  •  L’administration actuelle

Malgré les décisions de certains États et leur évolution vers la législation, la possession et l'utilisation de cannabis à quelque fin que ce soit demeurent un crime fédéral. Que cela ne soit pas appliqué repose sur les ressources limitées du gouvernement fédéral, le respect des droits de chaque États et l'approche de bon sens des administrations précédentes.

Article : Développez votre entreprise à l'étranger

Cependant, l'opposition de l'actuel procureur général augmente la probabilité que le gouvernement fédéral puisse changer les lois des États. Le procureur général est le chef du ministère de la Justice (DoJ) et la principale autorité légale du gouvernement ; il a le pouvoir de dicter l'application de la politique. Seule la Cour suprême est susceptible de contester ses jugements, et ils ont déjà statué en faveur du DoJ dans les appels concernant la classification du cannabis.

Le changement de point de vue et de position de certains républicains marque peut-être la fin de l'opposition systématique et institutionnalisée à la drogue, et la probabilité que Trump ne soit là que pour un mandat donnerait à Jeff Sessions et aux autres prohibitionnistes moins de temps pour effectuer des changements radicaux au niveau des états. Cependant, il est peu probable qu'ils soient dissuadés ou qu’ils changent d’idées, à moins que Trump ne prenne une position officielle sur la question; et il est peu probable qu'il aille contre les opinions du DoJ sur ce sujet.

  • Les problèmes de santé

Bien que certaines études indiquent un certain nombre de bienfaits pour la santé, on ne peut pas ignorer les problèmes de santé potentiels que peut causer le cannabis. L’herbe est connue pour augmenter les sentiments de dépression et d'anxiété dans certains cas, et provoquer des crises de schizophrénie chez les personnes ayant certaines prédispositions. Le danger d’exacerbation des maladies mentales est particulièrement préoccupant étant donné la difficulté bien connu des États-Unis à identifier et à traiter ces maladies.

Article : Comment devenir un nomade 2.0 ?

La recherche concernant les effets du cannabis sur les enfants et les jeunes fait aussi défaut, bien que des preuves suggèrent qu'elle pourrait changer la structure du cerveau en développement et avoir un impact négatif sur la mémoire à court terme. Il est conseillé aux femmes enceintes et qui allaitent de ne pas prendre de cannabis, bien que cela s'applique également à l'alcool et à de nombreux médicaments. Les fumeurs de cannabis fréquents ont également montré un risque accru de bronchite et autre problème respiratoire.

L'objectif de nombreux groupes de pression a été de démontrer que la légalisation pouvait être considérée et interprétée comme un «feu vert» chez les jeunes pour la consommation de drogue et pouvait conduire à une augmentation de la consommation et un attrait pour d’autres substances addictives. Avec des incertitudes persistantes sur les effets à long terme du cannabis, cela pourrait causer une crise sanitaire. Cela n'aurait cependant pas nécessairement un impact sur l'industrie du cannabis médical.

  • Les parallèles avec le tabac

Le succès de l'industrie naissante du cannabis a entraîné un afflux d'argent et une augmentation des dépenses de lobbying au niveau politique. Alors que certains suggèrent que cela a permis de rétablir un équilibre (beaucoup ayant été dépensé pour faire du lobbying contre le cannabis, et une myriade d'autres produits), d'autres sont préoccupés par cette nouvelle influence. L’image persistante du lobby du tabac qui dominait jusqu'à récemment le paysage politique aux États-Unis et ailleurs, n’y est pas pour rien.

Article : Les contrôles fiscaux en France - tout ce que vous devez savoir

On peut aussi craindre que l'industrie du cannabis investisse de l'argent pour dissimuler des problèmes de santé ou d'autres problèmes liés à la consommation d’herbe, afin de doper sa croissance en évitant un examen minutieux. De même, certains craignent que l'industrie ne soit dominée par les mêmes grandes entreprises qui contrôlent le tabac et qui ont fait la même «vapotage». La domination de ces entreprises sur la substance pourrait forcer les nombreuses petites entreprises naissantes à mettre la clé sous la porte, et potentiellement faire augmenter le prix si bien que les consommateurs retourneraient vers des fournisseurs illégaux.

-

La légalisation a changé en 2018. Le cannabis médical est désormais légal dans la majorité des États, et les politiciens des deux principaux partis font campagne pour assouplir les lois sur la drogue. Il sera difficile de faire machine arrière et d’empêcher une reconnaissance au niveau fédéral.

Pour le moment cependant, les investisseurs devraient rester prudents. Alors que le cannabis s'est déjà révélé être un business important, il n'y a théoriquement rien qui empêche le gouvernement fédéral de sévir, que ce soit sur toutes les entreprises ou celles qui ont un penchant plus récréatif. Les investisseurs intéressés et les sociétés existantes doivent jeter les bases pour les investissements futurs et continuer à un statut juridique souvent changeant.

Pour plus d'informations sur la constitution de sociétés aux Etats-Unis, ainsi que sur les introductions bancaires, les numéros EIN, les conseils fiscaux et les visas, contactez-nous au +33 (0)1 53 57 49 10 ou par e-mail. Nous serons heureux de vous aider.

Télécharger notre guide gratuit sur la creation de société en Irlande

Tout ce qu’il faut savoir sur la création d'une entreprise dans l'une des principales destinations pour les affaires dans le monde

Invalid Input

Invalid Input

Invalid Input

Invalid Input

Invalid Input

 

back to top
Euro Start Entreprises SARL au capital de 8 000 Euros enregistrée au Registre de Commerce de Paris sous le numéro 500 820 410.
250 bis Boulevard Saint-Germain, 75007, Paris, France.
Tel : (France) 00 33 (0) 1 53 57 49 10
Tel: (UK) 0044 (0) 203 445 0916
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.